Sugarcane en concert

- Accueil - A voir à Rouen - Festivals - Tournées - Événements - Interviews - Derniers Concerts - L'Histoire - Compilations -
- Traces de Passage - Les Chroniqueurs - Contactez nous - Les Incontournables - Les Liens - Hommage -
- Américains - Australiens - Belges - Britanniques - Canadiens - Espagnols - Français - Italiens - Suisses - Yougoslaves -

Dernière modification le 3 octobre, 2005

Le 24 septembre 2005. Sugarcane
Bateau Ivre
Rouen (76)
 

Un peu partout aux quatre coins de l’hexagone, des formations naissent, se réunissent et s’épanouissent. Dans chaque ville, des musiciens se retrouvent pour partager leur ferveur réelle et leur passion commune pour la musique du Diable. C’est tout à fait l’exemple même de Sugarcane qui s’est formée en 2004 dans l’Eure et qui explore depuis les différents lieux de concerts de la région normande. Un remplacement de dernière minute d’un groupe qui s’est désisté et voilà nos quatre compères de Sugarcane installés sur la scène de ce lieu mythique du « live » à Rouen qu’est le Bateau Ivre.

Pour la troisième fois en quelques mois, ils proposent un joli voyage en plein cœur du Blues et du Blues Rock des années 70 et s’affichent en musiciens enthousiastes, clairvoyants et généreux. Un registre constitué principalement de reprises bien senties où l’interprétation juste de chacun donne de l’épaisseur à un répertoire puisé chez les grands maîtres du genre.

A commencer par Alexandre Mirey, guitariste chanteur, loin d’être un inconnu pour l’équipe de L’Oreille Bleue, déjà aperçu avec Moonchild et Acoustic Roots. Il dispose d’une technique sur six cordes aboutie et n’hésite pas à abandonner son médiateur pour laisser parler le feeling en jouant avec inspiration aux doigts comme au pouce. Sa voix modulée et stimulante apporte un certain relief au style proposé. Il sait aussi s’installer au service de la rythmique pour permettre à son collègue Julien Decoster de s’exprimer pleinement. Ce dernier témoigne d’un jeu construit, percutant et racé qui fournit les ingrédients indispensables pour enrichir le domaine et booster ces partenaires. Ainsi, les deux guitaristes se respectent mutuellement et se relancent amicalement sans jamais se marcher dessus pour au final se révéler incontestablement complémentaire.
Bien aidé en cela par les gars de la rythmique qui fignolent un tapis de velours salutaire alimenté par la basse (5 cordes) de Pascal Beaudouin et les baguettes de Loïc Piednoir.

Une découverte bien plaisante et une performance au Batô qui promet d’une seule chose : une évolution favorable. Affaire à suivre… Pour obtenir plus d’infos sur le groupe et écouter des extraits de morceaux enregistrés en concert et en studio, une visite s’impose sur www.sugarcane.new.fr .

 
 
Lucky Jean Luc