Imperial Crows en concert

- Accueil - A voir à Rouen - Festivals - Tournées - Événements - Interviews - Derniers Concerts - L'Histoire - Compilations -
- Traces de Passage - Les Chroniqueurs - Contactez nous - Les Incontournables - Les Liens - Hommage -
- Américains - Australiens - Belges - Britanniques - Canadiens - Espagnols - Français - Italiens - Suisses - Yougoslaves -

Dernière modification le 16 mai 2005

 Le 7 mai 2005 The Imperial Crowns en concert à l’Ouvre Boîte de Beauvais (60), 1ere partie : Outsliders

Après la découverte phénoménale et inoubliable des Californiens d’Imperial Crowns, l’été dernier, au Cahors Blues Festival, la piqûre de rappel volontaire assénée en ce mois de mai promettait d’être furieuse et étourdissante. Elle le fut pour le moins. Mais avant de se plonger avec délectation dans l’univers sulfureux concocté par les Couronnes Impériales, ce sont les Lillois d’Outsliders qui s’employaient à chauffer l’assistance présente, curieusement en petit nombre, en ce samedi soir à l’Ouvre Boîte de Beauvais.

Dans un format, Power Trio, qui ne supporte pas la moindre faiblesse, les trois compères s’approprient avec détermination un répertoire de standards de Blues (comme The Sky is Crying ou The Thrill is gone) et de Blues Rock Texan emprunté notamment du côté de ZZ Top et de SRV (dont le fameux Crossfire par exemple).  Profitant d’une rythmique nerveuse et tangible fournit par les baguettes et les ballets de Marc Vedrine et la basse 5 cordes de Luc Dewerte, Christophe Marquilly, qui a sévit longtemps au sein du groupe Stocks, s’impose en chanteur investit et propose un jeu de guitare accompli et mordant. Des versions bien senties, huilées et séduisantes qui s’affirment par une implication maximale de chacun où la vigueur nécessaire et indispensable se fait agréablement sentir. Du costaud et du lourd, tempéré par une ballade Irlandaise à la guitare acoustique chantée en français puis confirmé par le célèbre La Grange qui impose le respect en guise de final et donne une envie certaine de connaître les dates des Outsliders prés de chez soi en se connectant sur www.outsliders.com .

Une excellente préparation à recevoir la déferlante diabolique déversée par les fameux Imperial Crowns venue tout droit de Los Angeles en Californie. Comme en juillet dernier, énergie décuplée et intensité extrême composent les ingrédients principaux de leurs prestations scéniques véhiculées autant par l’attitude proposée que par la musique exprimée. 

Même si la section rythmique a changé, Jimmie Wood et JJ Holiday peuvent désormais compter sur la complémentarité et l’engouement de Michaël Barsimanto arrivé derrière les fûts et de Kevin Farrel qui s’emploie à la basse électro-acoustique 4 cordes et à la basse électrique 6 cordes en fonction des titres allégrement puisés dans le dernier album studio Hymn Book gravé par le combo. 

Clic pour agrandir

Jimmie Wood, regard de braise et leader naturel, trépigne, bondit et s’affirme comme adepte de l’harmonica obsédé et du tambourin excité, modulant son chant à profusion d’une voix  d’outre tombe et vigoureuse à un chant plus caressant et voluptueux jusqu’à lâcher des cris ravageurs.

Impossible de résister, il captive, capture et envahit inconsciemment l’esprit de tout un chacun dans une effusion de joie suprême et de plaisirs fatals.

Clic pour agrandir

Son fidèle complice, JJ Holiday, bien présent en chœurs, a sorti sa collection de guitares plus originales les unes que les autres qu’il pratique à l’onglet et s’active comme un forcené en slide comme en picking. 

Clic pour agrandir

Il concocte des entrelacs de notes successives, aussi (sur)prenants que bienvenus, qui, par ses effets bénéfiques, remuent le sang dés le début, secouent les tripes d’un bout à l’autre et purifient l’âme au plus profond.
A l’arrivée, une musique personnelle et libérée de tous carcans qui s’exprime dans un bain de fusion originelle où se mêle le Blues, le Rock’n’roll, le Funk et le Rhythm and Blues… Et même le Twist, comme ce dernier morceau partagé au chant entre Jimmie et l’ami Little Bob, fan de la première heure d’Imperial Crowns… 

Clic pour agrandir

Comme le disait, ce soir-là, Little Bob : « Y’a tout la d’dans ! »… Pour sûr et même plus encore ! Le meilleur moyen de s’en convaincre, c’est de courir les applaudir sur scène, il doit bien rester pour cette tournée quelques dates en… Europe ! Au cas où, ils sont prévus au programme du Cognac Blues Passions 2005 qui aura lieu du jeudi 28 au dimanche 31 juillet prochain en Charente.
Pour en savoir plus, une visite s’impose sur www.imperialcrowns.com 

Lucky Jean Luc

Photos: Thomas Dequin

 

 

- Américains - Australiens - Belges - Britanniques - Canadiens - Espagnols - Français - Italiens - Suisses - Yougoslaves -
- Traces de Passage - Les Chroniqueurs - Contactez nous - Les Incontournables - Les Liens - Hommage -
- Accueil - A voir à Rouen - Festivals - Tournées - Événements - Interviews - Derniers Concerts - L'Histoire - Compilations -