Sean Costello en Concert

- Accueil - A voir à Rouen - Festivals - Tournées - Événements - Interviews - Derniers Concerts - L'Histoire - Compilations -
- Traces de Passage - Les Chroniqueurs - Contactez nous - Les Incontournables - Les Liens - Hommage -
- Américains - Australiens - Belges - Britanniques - Canadiens - Espagnols - Français - Italiens - Suisses - Yougoslaves -

Dernière modification le 04 sept. 2004

 Le 04 mai 2004 à L'espace Blues à Paris

Je connaissais les 3 albums de Sean Costello quasiment par cœur et j'avais réservé ma soirée dès son annonce. Il faut au passage remercier Christian Legras de l'avoir programmé pour cette unique date en France cette année. C'est incompréhensible mais c'est un fait, j'aurai plutôt imaginé que c'est le type de musiciens que l'on devait s'arracher. Christian et l'Espace Blues méritaient donc une salle comble, ils l'ont eu et c'est tant mieux. Je me suis assis en début de table, peut être un peu trop prés de la sono à mon goût, mais j'ai ainsi pu les observer de près et j'ai pu apprécier la technique et l'aisance de chacun des musiciens. 

Celui qui m'a le plus renversé est incontestablement le batteur. Une précision, une finesse de jeu, des tas de subtilités dans les coins et sans jamais en faire trop, toutes les qualités que l'on attend d'un batteur étaient là. Une Oreille D'Or pour Terrance N. Prather. Le bassiste, Melvin B. Zachary, très sobre, très simple, a servi de tapis mélodique sur l'ensemble des titres, rien d'exceptionnel mais rien à coté, du velours cousu main. J'avoue avoir beaucoup moins prêté attention à Matthew Wauchope, derrière ses claviers, je préfère donc ne rien en dire. 

Clic pour agrandir

En ce qui concerne Sean Costello, c'est incontestablement un grand chanteur et un bon guitariste mais j'ai quand même trouvé qu'il se met un peu trop en danger à la six cordes et du coup il se rate de temps en temps. Rien de catastrophique, rassurez-vous, de simples erreurs de jeunesse, rappelons qu'il n'a que 25 ans et certainement trop d'énergie à canaliser. Paradoxalement cette explication ne tient pas en ce qui concerne sa voix. Posée, assuré, profonde, rappeuse et puissante une vraie voix de Bluesmen comme je les aime.

Clic pour agrandir

Certains n'ont dis que le répertoire, un peu tout azimut, est fait pour ratisser large. Il faut reconnaître que les titres de cette soirée, tirés principalement de ces deux dernières galettes ont allégrement voyagé entre le Chicago, le West Coast, la Soul et le Rock'n'Roll. Je préfère croire qu'il aime suffisamment les différents styles pour ne pas en choisir un en particulier. De toutes façons je suis fan, je lui trouverai toujours une bonne excuse, et ce n'est certainement pas cet excellent concert qui m'aura fait changer d'avis.

Pascal Lob

Photos: Xavier Caupenne

 

- Américains - Australiens - Belges - Britanniques - Canadiens - Espagnols - Français - Italiens - Suisses - Yougoslaves -
- Traces de Passage - Les Chroniqueurs - Contactez nous - Les Incontournables - Les Liens - Hommage -
- Accueil - A voir à Rouen - Festivals - Tournées - Événements - Interviews - Derniers Concerts - L'Histoire - Compilations -