BONJOUR, Ce site à déménagé, vous allez être redirigé vers

http://www.loreillebleue.fr

Gwyn Ashton

- Accueil - A voir à Rouen - Festivals - Tournées - Événements - Interviews - Derniers Concerts - L'Histoire - Compilations -
- Traces de Passage - Les Chroniqueurs - Contactez nous - Les Incontournables - Les Liens - Hommage -
- Américains - Australiens - Belges - Britanniques - Canadiens - Espagnols - Français - Italiens - Suisses - Yougoslaves -

Dernière Modification le : 03/09/04

  Nom Ashton
Prénom Gwyn
Né le
à  
   
   
Influences Albert Lee, Jimmy Page ou Rory Gallagher
Site officiel  

En bref

Né au pays de Galles, Gwyn Asthon a grandi prés d’Adélaïde en Australie.

1983     Il débarque à Sydney ou il fonde Swance avec John Swan. Il joue ensuite avec Jimmy Barnes et Steve Wright. A cette époque il est voisin de Malcolm Young (AC/DC) ça doit marquer.

1990    Il joue en première partie de Rory Gallagher. Les deux hommes se lient d'amitié. la disparition de Rory les empéchera de mener à bien des projets communs.
Avec Rick Tredrea à la batterie et Geoff Brown à la basse, le trio à accompagné les tournées australiennes de Junior Wells, Steve Morse et Alvin Lee.

1998 Feel The Heat Gwyn Ashton

Gwyn Ashton Feel The Heat.jpg (4523 octets)

Gwyn Ashton guitare chant mandoline
Rick Tredrea batterie
Geoff Brown
basse
Colin Mack
harmo
Adam Quaife orgue Hammond
Pascal Lob (2002)
Gwyn Ashton signe un premier album qui sait se tenir.
Guitare ou Bottleneck tiennent vraiment la route. Bad luck Blues ou Too late pourraient être des titres de Rory Gallagher, tout comme  Take me back home joué à la mandoline. Une ballade très FM US pour finir l'album, il aurait peut être pu s'abstenir.
A écouter
Jérôme Mad Man (mar 2003)
Ce gars là ne fait pas dans la demi-mesure ni dans le quart de ton. Cet album est une vraie déclaration de guerre. Pas celle qui semble déjà prête à "Sadamiser" tous nos chères redevancés de l’audiovisuel, qu’ils en profitent pour faire leur "comin’ out pacifiste", mais celle qui risque d’ébranler vos tympans. Gwyn Ashton et sa strat’ magique, blindée d’accords saignants, nous honore d’un blues dans la pure tradition du blues-rock australien sans fioritures ni compromis.
L’insulaire et volcanique contrée a déjà su, avec AC/DC, Johnny Diesel, Angel city et autre Rose Tattoo, éveiller nos sens juvéniles aux durs lois des métriques implacables de cet abrupte et sulfureux continent.
La grosse Bertha de Loaded 6 shooter résonne comme une bonne entrée en matière pour les adeptes de riffs sauvages. Des morceaux comme Wastin’ my time ou too late raviront, avec plaisir, les fans d’un Rory Gallagher particulièrement énervé. Take me back home émerveillera trop brièvement les mordus d’obédience druidique.

Envoyer sur cette galette.

 

2000 Fang It! Gwyn Ashton

Gwyn Ashton Fang it.jpg (7520 octets)

Gwyn Ashton guitare chant
Brendan O'Neill choeurs
Dennis Greaves
choeurs
Gerry McAvoy basse
Pascal Lob (2002)
Une galette avec la même qualité et la même énergie que le précédent mais qui ne m'a pas touché. Encore un titre d'inspiration Gallagher et même une reprise Who's that coming? . Cold as ice est dédié à Albert Collins.
A écouter
Philippe (juillet 2004)
Un excellent disque, bien plus abouti que le précédent, plus guitaristique en tout cas; des morceaux Big blues funk (gettin' on dowm) plus blues rock gettin' better , plus boogie endiablé (I boogied), plus Rory et repris (who's that coming?) , plus plus quoi!

Envoyer sur cette galette.

 

2001 Beg, Borrow & Steel Gwyn Ashton

wpe2.jpg (4022 octets)

Gwyn Ashton guitare chant harmo
Ken Farmer batterie
Chris Farmer basse
Mick O'Connor claviers
Anthony Harkin harmo
Pascal Lob (2002)
Même si le style Ashton est toujours là, cette tartine n'a rien à voir avec les deux précédentes. Tout en acoustique, glissade au Bottleneck et voix rocailleuse, c'est un vrai bonheur pour le pavillon (de l'oreille bleue bien sûr). A la première écoute j'ai pensé à Johnny Whinter dans ses bons jours, allez savoir pourquoi !
A noter une version excellente de I can't be satisfied (Morganfield).
A avoir toujours sur soi
JJ (2002)
Ain't got time for that stuff... c'est peut-être la 20° fois que je l'écoute. Je trouve ce gars génial. Certains, l'apparentent avec Gallagher, mais moi aussi, comme Pascal, je lui trouve du J.Winter. Un super accent anglais fait pour ne pas déplaire. Celui ci est un disque acoustique, car parait-il que les autres sont différents. J'ai un peu hâte d'ailleurs de les connaître.
Ici, Il slide sur ses cordes comme un dieu, on ne peut pas être sans l'avoir connu.

Envoyer sur cette galette.

 

 

 

- Américains - Australiens - Belges - Britanniques - Canadiens - Espagnols - Français - Italiens - Suisses - Yougoslaves -
- Traces de Passage - Les Chroniqueurs - Contactez nous - Les Incontournables - Les Liens - Hommage -
- Accueil - A voir à Rouen - Festivals - Tournées - Événements - Interviews - Derniers Concerts - L'Histoire - Compilations -